Cliquez-ici pour obtenir le lecteur flash.
 
 

 
Vous devez disposer du lecteur flash pour voir le nuage de tags.
Vie Pratique
Manifestations
Vos démarches
Contactez-nous



La CommuneDécouvrir GragnagueHistoire et PatrimoineLa mairie
Imprimer cette page

La mairie

Origine du nom : de l'occitan garan aiga, "grandes eaux", car à Gragnague, el Girou n'était pas canalisé et débordait facilement.

C’est début 1900 que la place commence à ressembler à ce qu’elle est aujourd’hui.

Le conseil municipal et son maire, M. Eugène Duclos de Bouillas, décident l’expropriation d’une parcelle appartenant à M. Magnac pour l’agrandissement de la «petite place publique».

En 1903, le préfet demande à la commune de prévoir la  construction d’un groupe scolaire.
 

En 1905, après de longues tergiversations, le choix de   l’emplacement se porte sur la partie nord-est de la place.

En 1908, la Mairie et le groupe scolaire sont  construits.
L’ensemble comprend dans la partie centrale une salle pour les  séances du conseil municipal, des logements pour chacun des maîtres, et de part et  d’autre, une salle de classe pour les filles et une salle de classe pour les garçons.
A l’arrière, deux cours de récréation, deux préaux et  des toilettes.
Au cours des années suivantes, des marronniers furent plantés .

La place doit son nom à la famille Bellegarde.
Ce nom de famille est associé à la commune de Gragnague dès 1659, année où Guillaume de St Lary-Bellegarde, seigneur de Saintrailles, hérite de son père Antoine des terres de Gragnague et d’Andax.
François Léopold Bellegarde de Saintrailles né le 9 mai 1833, militaire de carrière, capitaine,  officier de la légion d’honneur, décédé le 26 janvier 1912, est le dernier Bellegarde connu.
 
Jusqu’en 1943, des «legs Bellegarde» étaient décernés annuellement et récompensaient financièrement des Gragnaguais méritants : prix du meilleur élève garçon, prix de la meilleure élève fille, prix du meilleur administré homme, prix de la meilleure administrée femme.

Sur la place se trouvait également une halle démolie dans les années cinquante et pont-bascule qui servait au «poids public» : pesage des bestiaux, charrettes de foin, paille, bois… Il fût construit en 1891 et démoli en 1966 car il n’était plus utilisé.